SICK OF IT ALL, groupe new-yorkais au 30 ans de carrière, ravit ses fans à la Secret Place de Saint Jean de Vedas !

image article SICK OF IT ALL, groupe new-yorkais au 30 ans de carrière, ravit ses fans à la Secret Place de Saint Jean de Vedas !

 

 

Plus de 30 ans que SICK OF IT ALL, groupe new-yorkais, mène sa barque dans les eaux tumultueuses du punk hardcore. Les voir débarquer sur la scène extérieure de la Secret Place à Saint Jean Vedas, avec une telle envie de jouer et de faire la fête est une opportunité à ne pas manquer. Et le public venu le saluer en nombre, lors de cette étape dans leur tournée européenne, ne l’aurait rater pour rien au monde.

 

SICK OF IT ALL est aujourd’hui une marque, un repère dans le paysage hardcore. Ils le doivent incontestablement à leur longévité exceptionnelle et leur capacité à fédérer sur scène des fidèles de toutes les générations.

Le public est d’abord chauffer à blanc par les locaux de l’étape NOTHING FROM NO ONE.

Puis la setlist des NEW-YORKAIS est lancé pour une soirée old-school-  baigné dans le bain des premières années du punk hardcore à l’éternelle jeunesse. Les premiers rangs réagissent dès les premières notes, c’est au final la même énergie d’il y a 30 ans qui nous saisit à l’écoute du titre « Injustice System ». La foule en ébullition dans la moiteur sudiste s’en donne d’entrée à cœur joie. Un pit nait spontanément, et le ballet de mosh et wall of death est lancé pour le reste de la nuit.

Le bien plus récent « Relentless » résonne, avec sa rythmique de bucheron et s’enchaine sans un grand écart stylistique  avec le précédent, car on y retrouve l’essence du New York hardcore de la grande époque. Quelques semaines auparavant AGNOSTIC FRONT passait sur la même scène – et la même ferveur embrassait le public. Ensuite le titre « Clobberin time », également devenu depuis 30 ans un immanquable de la setlist, balance sa minute énervée, suivi par le single « Inner vision » extrait du dernier album en date « Wake The Sleeping Dragon! » qui a fait sensation à sa sortie en 2018.

« Maladjusted » est joué de façon hardcore vénère, et les deux frères Koller, Lou Koller au chant, Pete Koller à la guitare continuent d’agiter la foule en arpentant la scène de la Secret Place, sourire aux lèvres. Puis le brûlot « My life » de 45 seconds incendie encore une fois le pit, à la S.O.D.

 

Pas le temps de respirer ; le rythme et la foule ne calme pas avec « Consume » avec son intro basse qui vous tend les bras, pour vous inviter pour placer vos meilleurs pas de danse dans le pit. Le public acquiesce, et l’ensemble des personnes disséminé en arc de cercle autour de la scène- succombe à l’euphorie des premiers rangs.

Les connaisseurs auront compris depuis quelques lignes que la setlist de ce soir rassemble le meilleur mais aussi le moins usité des titres de la formation de la Grande Pomme. Ce qui ne déplaira pas ni aux néophyte assez peu nombreux vu les bras levés lors de la question Lou : « combien d’entre vous nous voient pour la première fois » ? ni aux vétérans, tant la formule reste efficace et inchangée : nous sommes ici pour nous faire plaisir et travailler son cardio avec une bonne séance d’une heure de breaks bien sentis déboulant après des mosh-parts massives ou l’inverse.

On revient aux affaires avec « Busted », un titre très direct, un assaut hardcore punk explosifs de plus dans la soirée. Avec un sourire goguenard, Lou annonce la fin du concert trois titres avant la fin, s’assurant que le public donne ses dernières forces dans ce qui va suivre. Le triptyque choisit va de l’immanquable « Scratch the surface », extrait de l’excellent album éponyme aux chorus imparables, à l’indémodable « Good looking out », et pour finir sur un dernier morceau de choix « Step down ». La légende hardcore punk a une nouvelle fois parlé, en nous offrant une soirée sous la forme d’un shoot d’adrénaline punk.

ndlr :

Avant toute chose, nous voudrions adresser toutes nos sincères condoléances à la famille de Boris MOIREAU, chroniqueur metal montpellierain, notamment chez Metalliam depuis de nombreuses années

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.