[ Chronique ] THE PICTUREBOOKS – The Major Minor Collective ( Century Media Records )

image article [ Chronique ] THE PICTUREBOOKS - The Major Minor Collective ( Century Media Records )

Fynn Grabke et Philipp Mirtschink sont deux Allemands originaire de Gütersloh à côté de Bielefeld, ancienne Prusse. Ils ont les cheveux longs et des barbes. Ils font du skate et aiment les bécanes type chopper. Ils sont vegans et raffinés. Ils font de la musique. Ils sont cools… Et sur le papier, ça sent le bobo-hipster-écolo à plein nez, pourtant nos amis forment le duo THE PICTUREBOOKS qui, depuis trois albums maintenant, dans la plus grande simplicité, avec juste une batterie, une guitare, du chant, verse dans le rock, le vrai et l’authentique, celui qui pue le blues et l’huile de moteur. Il aurait donc été dommage de ne pas mettre en lumière « The Major Minor Collective », leur nouvel album, qui risque indéniablement de faire parler de lui… 

Pourquoi me direz-vous ? Hé bien de par sa nature collaborative déjà : « The Major Minor Collective » est un album choral, une collection de onze morceaux dont chacun est chanté par un vocaliste différent. Une idée que l’on a déjà vu sur des album-hommages ou des best-of de mauvais goût mais pas si souvent que ça sur des créations pures. L’idée leur est venue assez simplement : touchés par la situation sanitaire, ne pouvant tourner, le binôme s’est mis à bosser tranquillement sur de nouveaux titres, cherchant des sensations et de l’espoir là où il n’y avait que manque et ennui. Au cours d’une virée en Suède où ils avaient prévu d’enregistrer un titre en compagnie d’Elin Larsson de BLUES PILLS et de Dennis Lyxzén de REFUSED, le groupe a compris qu’il tenait là le coeur de sa nouvelle oeuvre : faire vivre sa musique, ( la ) faire voyager au travers des voix puisqu’il ne pouvait le faire de manière tangible. Ils ont alors ouvert leur carnet d’adresse et offert à leurs connaissances, amis, contacts, la possibilité de créer avec eux. Chaque chanteur a donc choisi son titre puis composé sa partie et ses textes. Et le résultat est un large éventail de rock racé, excitant et vraiment bluffant.

« The Major Minor Collective » est donc une bibliothèque d’hymnes façonné avec amour, générosité, authenticité, et avec le panthéon du rock alternatif et du metal actuel aux commandes. On passe à peu près par tous les styles, toutes les ambiances tout en gardant ce son si typique duo : cette batterie brute, basse et presque simpliste, ces guitares chaudes, chaloupées et bluesy. On est projeté avec eux sur la route, on se balade, on goûte au bitume chaud et à la poussière, on rencontre des personnages tous plus fascinants les uns que les autres : la puissance stoner de « Corrina Corrina » avec Neil Fallon de CLUTCH, l’excellentissime « Catch Me If You Can » avec Chris Robertson de BLACK STONE CHERRY, le tube « Too Soft to Live and Too Hard to Die » avec Elin Larsson et le tonitruant « Rebel » avec Lzzy Hale de HALESTORM qui me ferait presque penser à du GUNS ’N’ ROSES.

À noter deux surprises qui m’ont sensiblement fait plaisir : « Riders and Farmers » qui voit la participation des Français THE INSPECTOR CLUZO ( que j’apprécie beaucoup ) et montre les liens d’amitié entre ces motards allemands et ces agriculteurs français. Puis le titre « Song 12 » que j’ai au départ pris pour une instrumentale mais qui est fait pour nous impliquer tous : amis, fans, musiciens, parfait inconnus afin que l’on fasse le même travail de création, que l’on écrive nos propres textes et qu’on enregistre notre propre version. Le duo promet de créer une playlist où l’on pourra écouter les différentes versions… Malin et ludique

J’en suis navré mais j’ai souvent peu de choses à dire sur des albums qui me secouent de manière positive ( certainement parce que je n’en ai pas l’habitude ), ici THE PICTUREBOOKS propose simplement un témoignage du pouvoir vibrant et fédérateur de la musique, du lien durable et indéfectible qui existe entre les artistes, leur passion et leur public.

Il y a peu d’albums sortis cette année qui sont traversés par cette ambiance feel-good de part en part. Grâce à sa vision, simple et généreuse de partage, « The Major Minor Collective » fait ressortir le meilleur des musiciens et des auditeurs avec des morceaux-shots, concentrés de rock non-distillé, non filtré, qui appellent autant à l’ivresse du voyage qu’à l’ivresse tout court ou du moins à l’ébriété, qui émoustillent les sens et réveillent en nous les plus beaux instincts road-trip-buddy-movie, qui donnent envie de s’échapper simplement, les cheveux au vent, avec la chaleur rassurante du soleil venant caresser les omoplates et les vents alizés poussant lascivement vers de nouveaux horizons, derrière les rayons verts et mystérieux, vers ce nouveau soleil, plein de promesses et de nouvelles aventures…

 

 

Partager

Commenter cet article