[ Chronique ] CARCASS – Torn Arteries (Nuclear Blast)

image article [ Chronique ] CARCASS - Torn Arteries (Nuclear Blast)

CARCASS

« Torn Arteries »

Les patrons sont de retour. Huit ans après « Surgical Steel », CARCASS revient s’asseoir sur son trône. Si vous avez des problèmes d’artères, peut-être avez-vous connu la sortie en 1993 d’« Heartwork », leur quatrième album reconnu comme l’un des classiques du death metal, réussissant l’exploit de rassembler des riffs acérés, lourds et mélodiques.

 

« Torn Arteries » s’inscrit évidemment dans cet héritage, sans avoir l’ambition, ni la prétention de le dépasser, car finalement qui sort autant de chefs d’œuvre dans une vie ? Disons-le tout de suite, histoire de rassurer le diedhard fan qui lira cette chronique avec anxiété, le quatuor britannique plaque littéralement ici tout ce qui a fait son succès. A l’image du titre éponyme « Torn Arteries » – parfait morceau d’ouverture – sanglant, vif et sans pitié, Jeff Walker et Bill Steer convoquent le spectre du CARCASS frontal et direct de « Necroticism ». Et ce qui va suivre détonne d’autant ; car si le contraste est immédiat avec le groove de la batterie qui démarre le morceau suivant « Dance of Ixtab » – déesse maya du suicide – l’articulation entre les deux morceaux est si parfaite et travaillée que l’on comprend que le duo de compères a décidé de faire un vrai album, et non pas accumulé des titres comme sur « Surgical Steel ».  Un groove que même le death ’n’ roll de « Swansong » n’abordait pas – avec un accordage donnant un grain inédit et très organique sur la partie rythmique offrant au titre une efficacité et originalité indéniable que même ceux qui pensent et disent que CARCASS ne fait que se répéter depuis son retour aux affaires devront changer d’avis.

Autre invocation issue de son passé glorieux : « Eleanor Rigor Mortis » – titre aux riffs ramassés et vicieux – qui aurait aussi pu hanter le 3ème album des Britanniques. A la différence près que le son du groupe a évolué comme il se doit avec son temps, et sans atteindre les sommets d’autrefois le soin apporté à la construction des titres montre que la semence créative non délivré par la paire Walker et Steer durant leur longue séparation a nourri leurs envies de mettre en lumière d’autres aspects de leurs goûts musicaux. « Torn Arteries » va plus directement au but, entre réminiscences et fulgurances, parfois absente chez son prédécesseur. CARCASS après avoir déposé il y a 30 ans, en 4 albums 4 piliers de genres qu’ils ont soit créé ou aidé à se forger – revient avec un album lumineux, racé et armé d’un scalpel mieux affuté, et surtout en gérant bien mieux cet héritage lourd à porter. Riche de leurs expériences, loin d’un revival opportuniste, il se permet même un brin d’expérimentation dans les ambiances parfois orientaliste ou purement heavy rock. Demeurant bien au-dessus du panier de crabes –  s’il n’offre pas un nouveau chef-d’œuvre à l’égal de ces albums servant de mètre étalon aujourd’hui à des milliers de suiveurs, il dépasse largement le cadre du fan service. « Torn Arteries » aligne de grands moments de bravoure et surtout fera plaisir à une masse fervente de puristes qui savent d’où viennent le son du death metal.

Partager

Laisser un commentaire