Playlist Sound Protest de juillet – Faire peau neuve.

image article Playlist Sound Protest de juillet - Faire peau neuve.

L’année a été dure. C’est un constat qu’on peut aisément appliquer au monde entier. Dur mentalement, dur physiquement, dur culturellement après avoir vécu et vu une fois de plus les tournées reportées, les festivals semi-annulés ou limités, les sorties décalées, les entrevues par zoom ou skype, tout cela sur fond de division et de gronde (inter)nationale… C’est aussi le constat que nous avons fait au sein de Sound-Protest : tous ces évènements « sanitaires » ont entamé notre bonhommie, notre coeur-coulant-passion, notre attitude pioupiesque. Comme pour beaucoup je suppose…
Mais le coup de grâce est arrivé lorsque fin juin, notre site a planté, nos ordinateurs ont lâché et que les rotatives ont été contraintes de se mettre au repos. Au pied du mur, il nous a fallu faire le bilan. La salle de rédaction, autrefois bouillonnante et parcourue du frisson métallique que l’on aimait tant, ressemblait à un fourbi sans nom. Le ronronnement studieux de la machine à café était couvert par le feulement du chauffe-biberon et sur les chaises traînaient des maillots de l’équipe de France tachés de vin rouge. Les bureaux où s’amoncelaient auparavant disques et vinyles étaient jonchés de magazines, produits et livres aussi divers que variés dont : une anthologie de la littérature américaine, des décaèdres et des isocaèdres ainsi que des jeux de plateaux, un pack de Corona vide, un table à langer et son lot de couches Pampers Taille 1, une demi-banane, un fascicule sur les colonies de phoque en Baie de Somme, un exemplaire des « Indes Fourbes » de Ayroles et Guarnido, une paire de chaussettes dite « fun » à motifs pizza taille 43-46, des paquets de bonbons Dragibus et M&M’s Crispies mi-pleins, deux livres : « Les Empanadas pour les Nuls » et « Ireland’s Magdalen Laundries and the Nation’s Architecture of Containment de James M. Smith », et j’en passe !
Pour couronner le tout, ou pour accentuer encore se laisser aller dont nous nous rendions coupable, nous étions incapables de réagir, tous crevés, mal fagotés, en short et chemisettes fleuries, trop colorées. Nous étions tout simplement mal lunés, mal rasés, déjà en vacances, ou partis depuis longtemps. Triste et difficile fût la redescente, nécessaire la pause et la remise en question. Mais on ne savait par où commencer. Le chantier était énorme, on souffrait ( et le monde autour de nous aussi ) d’une sorte de déliquescence cérébrale, d’un lumbago journalistique. Il nous fallait faire peau neuve.
S. est alors descendu s’aérer la tête puis relever le courrier. À notre grande surprise, il n’y avait pas ou plus grand chose. Seul un feuillet, simple affichette de quelques centimètres de large, imprimée noir et blanc, où l’on découvrit cette annonce :
ALBERTINE – SORCIÈRE TOURBILLON
Grand Marabout Référenceur – Spécialiste des méthodes occultes
Don héréditaire depuis au moins cinq générations, authentique mage vaudou, sorcière pratiquant la magie blanche. A étudié et est revenu des plateaux d’Alta Vista avec des pouvoirs incommensurables. Guérit l’infertilité de vos campagnes marketing. Grâce à son envoûtement des mots-clés, elle vous assure la première place sur les moteurs de recherche même ceux dont vous n’avez pas connaissance. Protection contre les virus et le sandbox. Répare votre PC par télépathie, sans qu’il soit nécessaire de vous déplacer. Son pouvoir est tel qu’elle sera même capable de réparer les secteurs défectueux de votre disque dur. Elle soigne également le cancer à distance, assure le retour de l’être aimé et rendra votre voisine amoureuse.
Tél : 06 – ** – ** – ** – **
La solution était là, sous nos yeux. Et une fois le téléphone décroché, comme par magie, tout est tranquillement rentré dans l’ordre. La Sorcière nous a apporté les solutions aux problèmes que nous avions mis trop longtemps à identifier. Les méninges en action, guidés par les ombres de Joey Jordison et Dusty Hill, nous avons retrouvé notre entrain, notre foi : F. a arrosé les ficus elastica assoiffés et a soigné la jaunisse du chlorophytum. J’ai passé le balai puis redonné un coup de pinceau sur les murs craquelés. Nous avons réparé nos fissures, remis de l’ordre dans nos idées, réactivé les rotatives. On s’est enfin retrouvés, pimpants et trépignants, rasés de frais, costumes anthracites et noeuds hétérocère, prêts à en découdre à nouveau, à bouffer du zinc et à se faire briser les tympans, avec une seule idée en tête : on ne revivra pas une année comme celle-là !

Partager

Laisser un commentaire