[ Chronique ] CRYPTA – Echoes Of The Soul ( Napalm Records )

image article [ Chronique ] CRYPTA - Echoes Of The Soul ( Napalm Records )

Outre un tas d’ennuis et de surprises dont je tairai les causes et les conséquences, 2020 aura aussi été marquée par une scission, un schisme au sein du quatuor féminin NERVOSA. Les unes continuant le premier tandis ce que la chanteuse/bassiste Fernanda Lira et la percussionniste Luana Dametto s’en allaient vers de plus vertes prairies pour créer ce qui nous intéresse aujourd’hui : CRYPTA, un autre full-girl band. Il y a quelques mois, au binôme s’ajoutait donc les guitaristes Sonia Anubis ( COBRA SPELL, ex-BURNING WICHTES ) et Tainá Bergamaschi ( ex-HAGBARD ) et tout ce petit monde réuni annonçait une signature chez Napalm Records. Enfin, cette semaine sera dévoilé leur premier opus « Echoes Of The Soul »

Voilà pour la petite histoire. Pour le reste, je ne pose même pas la question tant cela paraît évident :  ce premier album n’offre guère de surprises. Avec CRYPTA, les désormais Brasilo-Bataves perpétuent à quelques détails près ce qu’elles avaient débuté dans NERVOSA. Et même si je n’ai pas envie de tomber dans le comparatif permanent et redondant entre les formations, force est de constater qu’au moins pour les premiers albums ( si il y en a plusieurs ), j’y serais contraint tant les deux entités sont intimement et fatalement liées, un peu comme cette gue-guerre SEPULTURASOULFLY qui n’a eu de cesse de bercer la fin des 90’s et le début des 00’s. Enfin, on n’en est pas là non plus !

CRYPTA continue donc allègrement de mélanger thrash et death en opérant tout de même une légère bascule vers un « plus de death ». C’est du tout cuit, rapide et agressif, structures bien connues. Avec « Echoes Of The Soul », on est sur ce que j’ai envie d’appeler le pavillon témoin du death old-school. Ce qui ressort immédiatement, ce sont les voix toujours aussi brutales de Fernanda Lira. Des vocaux tout de même différents de ce qu’elle faisait avant, beaucoup plus criards et aigus, presque black par moment mais avec une certaine classe, une marque de fabrique, un cachet qui fait tout le sel de la chanteuse.

Après, comme je le disais plus haut, tout est affaire de détails et là où l’album peut surprendre ou du moins de se démarquer, c’est dans ses mélodies et dans ses leads. L’influence de Sonia Anubis, habituée au heavy de BURNING WITCHES, est ici indéniable. La doublette formée avec Tainá Bergamaschi nous offre une belle collection de riffs précis, de mélodies épiques, de groove et de soli dantesques. De plus, CRYPTA avec beaucoup de variation dans les tempos et dans les rythmiques évite les relâchements d’attention, nous proposant des titres rapides comme « Starvation » ou « From The Ashes » et des plus lents comme « Under The Black Wings », « Possessed » ou des fins épiques comme sur « Dark Night Of The Soul ». On a vraiment droit à toute la palette dont le groupe est capable, le tout étant servi par une production organique, qui se rapproche de ce qu’elles pourront proposer en live, beaucoup moins clinique que ce fait ou faisait NERVOSA.

image article [ Chronique ] CRYPTA - Echoes Of The Soul ( Napalm Records )

Pour conclure, que dire de plus ? D’aucuns diront que cela manque d’originalité, voire de cohésion. Il faut garder en mémoire qu’on est sur un premier album d’un nouveau projet. Personnellement, je suis passé outre le fait que ce soit un groupe uniquement composé de femmes ( d’ailleurs à l’écoute, même au niveau des voix, si on ne le sait pas on n’aurait bien du mal à l’affirmer ), mais j’entends déjà les critiques à ce sujet, les remontrances anachroniques et nauséabondes sur l’intérêt artistique en comparaison avec la plastique et au genre etc.

Les femmes dans le milieu du metal, pour être respectées, doivent-elles être meilleures que les mecs ? Doivent-elles toujours prouver leur authenticité ? La question se pose lorsqu’on lit les commentaires sous les vidéos alors que franchement on reste sur un bon album, avec bien sûr les défauts d’un jeune groupe : une écriture stéréotypée et donc un manque d’affirmation et de personnalité. Mais cela viendra avec le temps, elles ont encore tout à faire.

Partager

Commenter cet article