[ Chronique ] ACID’S TRIP – Strings Of Souls ( Heavy Psych Sounds )

Formé à la fin de l’année 2018, autour de la personnalité d’Acid, l’ex-chanteuse-guitariste de HONEYMOON DISEASE, ACID’S TRIP a une vision claire et déterminée de ce que doit être le rock. À coups de riffs éclatants, de mélodies percutantes et avec une attitude easy rider à la suédoise, leur son se rapproche d’un garage band avec un groove boogie et le culte des choppers, aux guidons si typiques.

Bon, on ne va pas tourner autour du pot, ACID’S TRIP ne révolutionne absolument rien ( mais le fait très bien ) et donne dans le pur hard-rock, puisant au coeur des années 70, avec en tête les MC5, THIN LIZZY bien sûr, mais aussi LYNYRD SKYNYRD et pourquoi pas ROD STEWARD & TINA TURNER en lame de fond. Dans les bacs, ils sont à ranger directement aux côtés de groupes comme BRANT BJORK, HELLACOPTERS, YAWNING MAN ou NICK OLIVERI.

En ce joli mois de mai, le quatuor originaire de Göteborg nous dévoile donc son premier album « Strings Of Souls ». Douze nouveaux titres passionnés, plutôt optimistes, brûlants comme ce soleil naissant qui commence à réchauffer les coeurs et réveiller nos envies d’extérieur. C’est toute la promesse de cet album : le rythme organique du rock’n’roll, intemporel et ultra énergique.

Cet album est à l’image du groupe : un mélange quasi-parfait de tous un tas d’influences joué avec le coeur et porté par les voix suaves, parfois soul d’Acid qui imprègnent l’album de leur force et de leur énergie. Le décrire serait une perte de temps voire un affront, tant il est bien plus intéressant de l’écouter. Vous y trouverez dans chaque riffs, dans chaque tournures, dans chaque rythmes, un hommage, une dédicace. Et c’est extrêmement agréable à écouter, il en devient presque difficile de ne pas taper du pied ou frapper dans ses mains lorsque la cloche tinte ou que les guitares s’emportent.

Dans l’ensemble, j’ai vraiment apprécié « Strings Of Souls » et je pense continuer à l’écouter une partie de l’année. Paradoxalement, il est assez rare que je me jette à corps perdu dans des albums aussi stéréotypés, je pense qu’il s’agit là aussi d’une sorte de transfert ou de catharsis, tant la musique du groupe va aussi avec une certaine attitude désinvolte, un imaginaire rock’n’roll et une folle envie de faire la fête. Il est pour moi un appel aux orgies éthyliques, au comptoir ou à ses fameux « backyard barbecue », ces instants d’amitié avec guirlande de guinguette et quelques canettes auxquels on pense avec envie, beaucoup d’énergie, quelques larmes, puis des shots de whisky.

La musique d’ACID’S TRIP est une invitation à prendre la route, à enfourcher sa bécane ( j’ai essayé en vélo ça marche aussi ), à pousser le volume au max’, à passer voir les copains, à aller de maison en maison. Il donne envie d’allonger les saisons, de pousser l’été dans l’automne avec un peu de nostalgie, de rester dehors le plus longtemps possible, jusqu’à remplir les gobelets de samares, que les bottines dérapent sur les pelouses jonchées de feuilles mortes… et d’en rire jusqu’à l’ivresse, jusqu’au bout de la nuit.

 

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.