Issues de la scène punk mexicaine, Las Fokin Biches sont des riotgirl prêtes à la contestation sociale !

 

image article Issues de la scène punk mexicaine, Las Fokin Biches sont des riotgirl prêtes à la contestation sociale !


Issus de la scène punk mexicaine, LAS FOKIN BICHES sont prêtes à rompre quelques idées préconçues sur le rock féminin dans un pays où le machisme domine. Elles se définissent elles-mêmes comme des « femmes combattives et contestataires », et questionnent à travers leur musique les rôles imposés, les paradoxes et l’environnement social dans lequel elles vivent.

Originaire de Irapuato, de l’état Guanajuato, au nord-ouest de Mexico D.F, le groupe est composé de quatre femmes (et un batteur qui vient de quitter le groupe) qui ne machent pas leurs mots. Vu de la France, le Mexique, c’est la tequila (ou le mezcal si vous avez bon goût), les fêtes sous les palmiers sur les plages de Cancun, un paradis tropical où il fait bon vivre toute l’année en maillot de bain et en tongs…mais c’est aussi un taux de criminalité des plus élevés de la planète et une société patriarcale où la femme peine à faire sa place en dehors de ses rôles traditionnels.

A part BRUJERIA, le metal mexicain s’exporte en général bien plus difficilement que son café. Justement, la chanteuse et leader de LAS FOKIN BICHES, DZTOR BICHE, sous ses airs de Courtney Love dépeignée, est une sacrée gaillarde, qui a attiré tous les regards en 2017, en se joignant  à la bande du Brujo, originaire en réalité de Los Angeles. Après avoir tournée avec les latinos de BRUJERIA, au Wacken et en France, au Sylak Festival, où nous l’avons aperçue sur scène dans le rôle de PITITIS ( la démone sur « Pititis te invoco » sur l’album BRUJERISMO), la chanteuse passionnée et engagée propose sur facebook et  instagram une série d’interview mettant en avant le cercle restreint de musiciennes et chanteuses, pour qu’elles puissent exprimer leur ressenti et expliquer leur parcours personnel à travers la musique.

A propos de sa collaboration avec BRUJERIA, DZTOR BICHE commente :  » Je les ai connus à un festival, puis nous nous sommes revus plusieurs fois, et ils sont venus joués à Mexico. On s’entendait bien, et quand ils ont eu des problèmes avec PITITIS, l’ancienne chanteuse de BRUJERIA – elle ne pouvait alors assurer une partie des tournées du groupe – ils m’ont demandés de la remplacer. En réalité, j’étais juste une remplaçante, car par la suite ils ont trouvé une américaine. Le problème avec moi est que je n’arrivais pas à obtenir le visa pour travailler, les membres de BRUJERIA ont essayé de m’en envoyer un, mais il m’a été refusé parce qu’à cette époque Trump était au pouvoir, et ils ne donnaient pas de permis pour travailler aux Etats-Unis.  »

Parmi la série de différents interviews, répondant au titre évoquateur de « SOMOS » (« Nous sommes »), faisant le portrait de ces femmes qui partagent leurs idées d’émancipation féminine – a été diffusé récemment l’interview (lien itw ici) de Julieta Ruiseco – du groupe mexicain KÄLAD . Julieta y évoque les freins qu’elle a pu rencontrer dans sa carrière de musicienne.

Le groupe a sorti deux albums « Relatos Siniestros solo par dementes » en 2013 et « Somos » en 2020. Le prochain extrait de ce dernier opis sortira le 5 mars 2021, et nous reviendrons sur l’actualité de ce groupe, désormais figure incontournable de la scène punk mexicaine DIY.

Line-up :

DZTOR BICHE, chant & guitare

IXCHELL BICH, guitare

ANI BICH, guitare

LUNA BICH, basse

DANY BICH, batterie

 

LIENS

lasfokinbiches.com

lasfokinbiches.bandcamp

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.