[ Report ] : LES LUNATIQUES, seconde édition, un festival décalé et rafraîchissant

Alors que l’été, insouciant, vit ces dernières heures, que l’automne trépigne sous la lune qui entame son dernier quartier, nous avons pris les dernières gouttes de cette humeur bohème qui définit la saison sèche ainsi qu’une bonne dose de sueur vivace afin de nous rendre à Pacé près de Rennes pour la seconde édition du festival Les Lunatiques

Une fois n’est pas coutume, on est arrivés de bonne heure. Un soleil agréable inonde encore la terrasse de l’Espace Le Goffic. Les concerts de ne sont pas encore commencés alors on se fait tranquillement le tour du propriétaire. L’équipe des Lunatiques a choisi de vraiment investir le lieu, utilisant le grand hall et une salle attenante pour accueillir merch et différents exposants, un espace extérieur aménagé où l’on peut trouvé la fameuse galette-saucisse à volonté, de la bière de qualité… Apparemment, on est pas trop mal tombé.

Djiin

Notre seul petit regret sera la scène Pluton, engoncée dans un coin, à côté du bar, moins immersive à cause des hautes lumières, un soleil brûlant là où l’on aurait souhaité une lune bleue. Le festival n’en est qu’à ses balbutiements et n’a peut-être pas encore pris ses marques. On a donc été y voir quelques concerts mais on s’est avant tout concentrés sur la scène Jupiter qui se trouve, elle, dans les profondeurs, dans la crypte de l’Espace Le Goffic. Bref, chuuuut ! Les concerts vont commencer…

Djiin

Et c’est les Rennais de DJIIN et leur stoner psyché qui s’y collent ! Pas grands connaisseurs du groupe, on rejoint la poignée de spectateurs déjà présente pour le début des hostilités. Premier constat le son est bon ( et ce sera le cas toute la soirée, la salle a une très bonne qualité acoustique ). Le groupe évolue en quatuor avec une base batterie/basse/guitare mais ce qui fait sa spécificité c’est sa chanteuse et harpiste à la voix exceptionnelle, puissante, suave et au talent indéniable. On se trouve vite embarqué dans les méandres psychédéliques de ses créatures surnaturelles, maquillées, dansantes et enivrantes… Une très bonne mise en bouche pour la suite.

Place maintenant aux p’tits rigolos de TRANZAT et leur metal déjanté que l’on connaît déjà bien puisque le groupe n’a de cesse de tourner sur à peu près tous les événements régionaux présentant une expérience de distorsion sonore. Fini le code vestimentaire blanc-moulant, les plagistes ont opté pour le petit polo coloré, synonyme pour nous de fraîcheur assurée ! 

Leur style toujours aussi décalé fait le job à coups de riffs stoner infuzzés au doom ou au death et à la musique progressive. De soli en cris puis de passage lourds en voix claires, on se régale. C’est infiniment plus abouti et carré que la dernière fois qu’on les a vus. Toujours proche d’un YOB, d’un MASTODON ou même d’un DEVIN TOWNSEND, le résultat se veut intelligent complexe tout en restant fougueux et surtout bien loin du cliché métallique commun.

Ce sont les Italiens de JUGGERNAUT qui ont la lourde tâche de prendre la suite, et ils vont relever le défi avec brio… Le public d’ailleurs commence à être de plus en plus nombreux à se masser dans la crypte, la tireuse à bière est désormais sous pression. De notre côté, nous allons être complètement transportés par la musique des Romains. Avec une basse omniprésente, des guitares sous-jacentes, insidieuses et un batteur qui rend justice à son instrument, le groupe nous propose un metal progressif et instrumental extrêmement prégnant. Une musique sinusoïdale, véritable kaléidoscope d’images et d’émotions qui semble aspirer la foule pour mieux la recracher avec fracas lors des passages plus lourds. Magnifique. On en redemanderait presque.

JUGGERNAUT

Petite remontée vers la lumière pour aller voir l’artiste MELVIN COPPALLE évoluant en tant que danseur et chorégraphe dans la compagnie Izanami. Son style s’inspire du butô, danse contemporaine japonaise des années 60. On a donc droit à une performance hors-norme, dansée et très théâtrale, à l’opposé de ce que propose habituellement un festival à tendance metal. On doit avouer que l’expérience est plutôt rafraîchissante et permet de s’intéresser ou de découvrir cet art méconnu. À noter que l’artiste prend régulièrement part aux shows du groupe MANTRA en tant que danseur et performeur.

Après cette bouffée artistique, on se replonge sans plus attendre dans le djent avec les Lyonnais de MOBIUS. Première nouvelle, leur chanteuse Héli Andrea ( également dans OLANE qui devait se produire ce soir ) est absente pour des raisons de santé, le groupe jouera donc en instrumental. Il faut que l’on vous avoue : on ne court pas franchement après le djent. Mais MOBIUS a réussi à nous surprendre dans le bon sens.

Mobius

L’absence de chant nous a obligé à se concentrer sur la musique du groupe, sur sa complexité, son énergie et sa générosité. On s’est fait attraper par le clavier qui ne nous a plus lâché, on s’est fait agripper par la guitare et la basse qui nous ont fait bouger et par la batterie qui nous a fait trembler. Un voyage sur différents continents, à pas de géant, comme au-dessus des nuages et pourtant les pieds solidement ancrés sur terre. On n’est d’ailleurs vraiment pas sûr qu’on aurait vécu la même expérience si le chant avait été présent. De son côté, le public semble lui aussi apprécier, applaudissant copieusement entre chaque titres et encourageant le groupe à se dépasser. Après une toute petite heure, MOBIUS quitte la scène en saluant joyeusement et en remerciant le public de l’avoir soutenu malgré l’absence d’organe vocal. 

Place maintenant à la tête d’affiche de la soirée avec les Hollandais de GOLD. Non, ce n’est pas la bouse des des années 80 mais bien un groupe de rock métallique sombre et mélancolique qui va nous transposer tout en douceur et en sensualité vers un monde grisâtre, affable et cynique. Le groupe est mené par la charismatique chanteuse Milena, jeune femme à la silhouette filiforme habillée d’un long manteau noir ( qu’elle transformera tantôt en chemise, tantôt en tablier, un costume de scène changeant comme une sorte d’oeuvre textile ). Sa voix posée, comme désabusée, complète parfaitement les ambiances développées par le groupe.

Si l’on ressent un côté pop indé, la musique relativement éclectique, apporte son lot de contrastes avec des dissonances et des harmonies lancinantes. Le groupe fait la part belle à son dernier album, « Why Aren’t You Laughing ? » et enchaîne les titres à tendance stoner, doom, rock voire même post-black, tant et si bien que l’on ne sait plus trop où l’on est. Alors on se raccroche à la voix de Milena, stoïque. La chanteuse offre également un contraste flagrant avec ses musiciens qui redoublent d’énergie. Et pourtant l’ensemble est cohérent, une sombre énergie émane dans la salle… Entre les morceaux, seuls quelques applaudissements subsistent, puis le silence. À la fin, on se rend compte que le show a pris des allures de cérémonie, on est hagards, comme désemparés lorsque l’atmosphère mystique qui entoure la musique de GOLD s’éloigne pour finir par se perdre dans les anfractuosités de nos mémoires. 

Après cette claque, on reste un peu abasourdis… On décide donc d’aller boire un verre et de profiter de la terrasse. Mais on va quand même jeter un œil à QUENTIN SAUVÉ. L’artiste lavallois, plus connu comme bassiste au sein du groupe hardcore BIRDS IN ROW, est venu présenter son projet folk pop ainsi que son nouvel album « Whatever It Takes ». Il se produit donc seul avec sa guitare, et chante ses textes, intimistes et beaux. L’homme se livre, simplement. Une fois de plus, Les Lunatiques proposent ici un artiste décalé et à des années lumières de ce que font les autres festivals typés rock ou affiliés, et c’est extrêmement rafraîchissant.

Que dire maintenant sur KADINJA ? Il apparaît clairement que nous n’avons pas aimé… Mais cela ne veut pas dire que cela n’était pas bien. Disons que cela ne colle pas avec nos envies musicales. Après, clairement le groupe assure, brûle les planches et est certainement l’artiste le plus énergique mais aussi le plus accessible de la line-up.

Les Parisiens, tout feu tout flamme, se déchaînent sur leurs instruments afin de proposer un djent de haute qualité, teinté de metal moderne et mélodique. On serait même tenté de dire néo-djent lorsque le groupe interprète « Falling Away From Me » de KORN. En tout cas, c’est puissant, c’est technique et très bien sonorisé mais ce n’est définitivement pas pour nous…

On ne vous en dira pas beaucoup plus de BIENVEILLANCE que l’on a regardé, à notre grand regret, d’un oeil distrait entre deux conversations. Bon, on a quand même vu quelques titres de ce projet rennais de hip-hop abrasif, noisy, épique et complètement décalé, avec même des bouts de FANGE dedans… Et cela a éveillé suffisamment notre curiosité pour qu’on aille écouter l’album ( que l’on vous conseille ). Encore une belle découverte et un truc à creuser !

Et enfin pour finir, un dernier tour devant la scène Pluton pour accueillir le deuxième groupe italien et le dernier de la soirée : NERO DI MARTE ! Le public se fait un peu plus parsemé mais qu’importe, nous nous engouffrons dans le tourbillon sonore du trio. Les musiciens proposent une musique très ambiante, labyrinthique et évocatrice, une musique qui hypnotise crescendo avant de jaillir brutalement dans un flots de mélodies torturées. Les voix mi-écorchées, mi-chantées se détachent, nous amenant d’un instant de grâce à une âpre réalité… L’expérience, même si assez brute dans le son, se veut à l’image des Lunatiques : subtile et passionnante.

Voilà, c’est fini, la lune a atteint son dernier quart, la musique a cessé… Les rencontres de ces Lunatiques #2, qu’elles soient sonores, artistiques ou humaines furent, pour nous, brillantes en tout point. Pour conclure, on tient à rendre hommage aux bénévoles et bien sûr aux organisateurs qui nous ont accueillis et qui ont eu l’audace de proposer un festival avec une programmation aussi éclectique, bien différente de ce qui se fait ailleurs. De la musique de niche pour des « clochards célestes »… Merci et à l’année prochaine.

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.