Hellfest 2019 – Les tops & les flops !

Voici 15 jours que le Hellfest a fermé les portes de son édition 2019. Et comme chaque année, nous publions notre traditionnel article qui vise à mettre en lumière les points que nous avons particulièrement appréciés et ceux qui nous ont éventuellement déçus. On passera juste sur les évidences : une excellente ambiance, la bonne humeur de tou(te)s, et la sublime météo. Bonne lecture !

  • Les tops !

La programmation

Commençons par l’essentiel. Il faut le souligner, l’année 2019 est une cuvée d’exception. Chaque année la programmation est d’excellente facture (bien que l’année dernière nous avons été quelque peu déçu, ce qui est bien normal on ne peut pas contenter tout le monde) mais alors 2019 est très largement au-dessus. Les têtes d’affiches étaient somptueuses, il y a eu de nombreux moments de dilemmes (ce qui est toujours un gage de qualité) et il y a eu de grandes découvertes. Chapeau aux programmateurs du festival qui ont placé la barre très haute. L’an prochain, pour la XVe édition, il faudra faire très fort (mais nous avons toute confiance en eux pour relever le challenge).

Les infrastructures

Encore et toujours, les infrastructures s’améliorent. Chaque année, les équipes du festival dépiautent minutieusement chacun de vos commentaires afin de faire en sorte d’améliorer votre expérience l’année suivante. Cette année, on a pu remarquer de nouvelles décorations, par exemple avec cette fameuse horloge au centre du festival. C’est en grande partie le travail du collectif artistique Monic la Mouche, rappelons le, avec l’aide d’autres entreprises telles que la metallerie Brault qui a réalisé l’énorme boule de feu qui culmine à 15m de haut. Par ailleurs l’espace restauration  a été entièrement revu et harmonisé, avec la mise en place nombreuses tables (y compris des tables hautes) ce qui permet aux festivaliers de prendre un véritable temps de repos. Les espaces ombragés se sont eux-aussi multipliés, ce qui n’est pas négligeable vu le temps dont nous bénéficions chaque année. A noter également l’ajout de pelouses synthétiques ou encore les copeaux de bois qui ont été dispersés partout dans la forêt afin de limiter le phénomène de poussière tant décrié. Cette année semble d’ailleurs marquer la quasi fin de ce genre de plainte, le Hellfest y travaille depuis longtemps et récolte enfin les fruits de son dur labeur. Le confort du festivalier est un axe majeur sur lequel l’équipe du Hellfest se concentre chaque année, c’est indéniable !

S’agissant des concerts, il y a un point extrêmement important à souligner : la mise en place d’un concept innovant pour les Main Stages avec l’installation sur chacun d’elles d’un écran LED sur mesure de 150m x 11m (mis en place par l’entreprise NEXXT).  Le résultat est absolument somptueux et a offert à de nombreux groupes une impression visuelle absolument exceptionnelle (on a notamment particulièrement aimé les shows d’Architect, de Gojira, de Tool, et de nombreux autres groupes qui ont une forte identité visuelle). On espère sincèrement que cette nouveauté sera renouvelée et pérennisée chaque année (on imagine d’ailleurs qu’en termes de logistique cela facilite grandement les choses puisqu’il n’est plus question d’installer les gigantesques fonds de scène des groupes). Ajouter à cela les nouveaux écrans géants, cela offre à tous les festivaliers présents sur les Mains Stage la possibilité d’admirer les shows, que ce soit sur la scène 1 ou la scène 2, et quel que soit l’endroit où il se trouve. Une immersion totale. Énorme !

La gestion des flux

Malgré les importantes difficultés avec le Knotfest (plus de 2h d’attente parfois), il faut globalement saluer le travail sur la gestion des flux durant tout le Hellfest (surtout lorsqu’on se souvient de certaines éditions particulièrement laborieuses de ce point de vue). Globalement, les festivaliers récupèrent désormais aisément leur bracelet et passent assez rapidement la zone de contrôle quotidiennement. Finie l’interminable attente sous un Soleil de plomb! La gestion des flux semble aussi bien meilleure sur les espaces de vente merchandising. C’est ici tout le travail mené par Guillaume qui est a saluer (responsable du merchandising). Trois semi-remorques de cartons à écouler, c’est du travail et comme chaque festivalier veut repartir avec son souvenir, cela peut créer quelques complications. L’an dernier, les ventes au merch ont été très compliquées, les files d’attente étaient interminables et certains avaient dû attendre plusieurs heures avant d’atteindre le comptoir, et avoir parfois la déception de constater que le produit désiré était en rupture… Au fur et à mesure des années, la gestion des stocks est devenue quand même assez bien ficelée, et malgré les difficultés de l’année passée, la correction a vite été apportée cette année (qui plus est sur un stand aussi stratégique qui rapporte près d’un million d’euros au festival). On a donc pu constater que les queues sont devenues plus raisonnables pour acquérir le précieux merch. Le point qui reste encore à travailler, c’est certainement les queues de la restauration. Pour cette édition 2019 ce fut plus compliqué qu’à l’accoutumée…

Le coup de projecteur sur la scène française

Lors de notre entretien avec Alexxx Rebecq l’an dernier (Directeur de la communication), nous l’avions notamment interrogé sur l’existence ou non d’une forme de « quota » pour assurer une représentativité de la scène française (cf notre interview juste ici).

Alexxx nous avait répondait qu’il n’existait aucun quota, et que « c’est en fonction de l’actualité, des disponibilités, des coups de cœur« . Alexxx nous avait ainsi apporter l’explication suivante : »On essaie de représenter la scène française parce qu’on est en France mais on ne se dit pas qu’il faut tant de groupes français pour représenter la France au Hellfest. On peut avoir des éditions où il y a beaucoup de groupes français, et d’autres où il y en a moins. » Pour cette édition 2019, le Hellfest n’a pas changé sa politique mais a tout de même souhaité dédié son vendredi à la scène française sur la Main Stage 2. Tout au long de la journée, nous avons eu droit à Fallen Lillies (vainqueur du concours « Voice of Hell »), Klone, Blackrain, Lofofora, No One Is Innocent, Dagoba, Ultra Vomit, Mass Hysteria, et Gojira en tête d’affiche. Compte-tenu de l’ampleur international qu’a pris le festival et du nombre de nationalités représentées, c’est un excellent coup de projecteur pour la scène hexagonale, et un très bel hommage. Belle idée de la part des organisateurs du Hellfest.

Le Knotfest

Cette année, le Hellfest a tenu à ce que Slipknot participe au festival malgré le fait que les têtes d’affiches soient déjà décidée. En effet, qu’à cela ne tienne, le Hellfest a carrément décidé de leur dédier la soirée du jeudi soir en créant un festival dans le festival. Ce fut l’idée du manager de Slipknot et ce fut un joli succès! Accompagnés de 9 autres groupes (Amaranthe, Behemoth, Powerwolf, Amon Amarth, Sabaton, Sick of it All, Papa Roach, Ministry, et Rob Zombie), Slipknot a ainsi pu jouer à Clisson devant 37 000 festivaliers (sur une jauge de 40 000 pass). Cela a permis à de nombreux festivaliers d’ajouter une belle soirée de concerts à leur programme (ou même d’avoir un « lot de compensation » pour celles et ceux qui n’ont pas eu la chance d’acquérir le précieux sésame 2019). Ben Barbaud a toutefois clairement affirmé lors de la conférence de presse qu’il s’agissait d’un projet « one shot » et qu’il n’était pas question à ce jour de pérenniser ce genre d’événement ou d’ouvrir la voie à un quatrième de jour de festival (même s’ils se gardent la possibilité de le refaire dans l’avenir, cela n’empêche rien).

Le son des Main Stage

L’an dernier c’était un flop chez nous, cette année c’est un top! Et quel virage à 90°! Certainement une des éditions les plus réussies avec une production d’excellence pour de nombreux groupes. On a notamment particulièrement aimé le son de Klone, d’Architects, Demons & Wizards, Clutch, et très nombreux autres groupes. Encore une fois on peut dire que le Hellfest est à l’écoute et qu’il veille au grain, surtout sur des aspects aussi fondamentaux. Un beau renversement de vapeur !

  • Les flops…

L’interdiction des chaises pliables

Oui, nous avons décidé de le classer en flop, même si l’intention est louable (fluidifier les flux). En fait, ce n’est pas tant l’interdiction en elle-même qui est dénoncée, mais surtout l’application de la règle qui en est faite. Plusieurs personnes ayant des difficultés nécessitant de devoir s’asseoir on dû faire face à un refus catégorique des vigiles. Certaines personnes plus âgées s’en sont également plaintes. Il serait bon de prévoir des exceptions à la règle afin qu’elle ne soit pas aussi intangible (peut-être prévoir pour certaines personnes au moins la possibilité d’avoir un trépied, qui dans les faits, ne prend pas plus de place qu’un festivalier assis en tailleur). Certains festivaliers ont même dû faire demi-tour ce qui est regrettable. Il ne faudrait pas perdre cette belle diversité de festivaliers! De même en cas de mauvais temps, les chaises pliables sont les bienvenues habituellement en festival car il est impossible de s’asseoir par terre et les abris sont pris d’assaut. Nous espérons que le Hellfest reverra ses consignes pour la prochaine édition afin d’adapter sa règle d’interdiction suivant les personnes et/ou les circonstances.

Les toilettes de ces Dames 

Ah les toilettes, l’éternel problème en festival! Le Hellfest connaît très, très bien le sujet. D’ailleurs cette année il a amélioré les pissotières des hommes à certains endroits (notamment derrière la restauration) ce qui évite en particuliers les odeurs nauséabondes… Mais concernant les filles, le problème semble demeurer. Certaines festivalières rapportent avoir attendu plus d’une heure pour atteindre les toilettes… Imaginez à quel point cela devait être interminable! Il serait donc surement utile de prévoir plus de toilettes pour la gente féminine (surtout si le record de consommation de bières est battu chaque année… 880 000 pintes pour 2019!)

Le comportement de certains festivaliers 

Si le comportement de la quasi totalité des festivaliers est irréprochable, certains ne manquent de faire pencher la balance de l’autre côté malheureusement… C’était un de nos flops déjà signalés en 2016. Pour le coup, le Hellfest n’y peut pas grand chose… Encore une fois, certaines festivalières se sont également plaintes d’attouchements dans les mouvements de foule, et notamment une festivalière durant le concert de Slipknot. C’est très grave et nous ne pouvons que nous en indigner. Pour les années suivantes, il faut renforcer la solidarité entre les festivaliers et ne pas hésiter à signaler tout type de comportement aussi scandaleux aux services de sécurité (y compris les festivaliers qui peuvent donnent des coups gratuitement dans le pit de certains concerts, souvent le soir…).

Il y a d’autres comportements moins graves qui portent sur des difficultés d’incivilité (ne pas laisser les festivaliers s’extirper de la foule, ou au contraire les empêcher de se rapprocher des scènes, les mégots  ou autres déchets jetés par terre, etc.) C’est dommage, qui plus est pour un festival qui a longtemps porté une réputation exemplaire. Cela ternit l’image du festival et donne du grain à moudre aux détracteurs. Une nouvelle fois, nous ne pouvons qu’appeler au respect des lieux, des festivaliers, et du travail formidable des bénévoles (concernant les déchets, outre les nombreuses personnes qui les ramassent, notez bien qu’il y a 300 bénévoles qui trient les déchets de chaque poubelle tout au long de chaque journée…). Enfin concernant les problèmes de vol (et notamment les pickpockets), on ne pourra également qu’attirer la vigilance des festivaliers en faisant attention à leurs affaires (certains cadenassent leur sac à dos, d’autres ont des fermetures adaptées ou veillent à mettre leurs objets de valeur un endroit plus sécurisé que la poche avant de leur sac à dos).

J’en profite par ailleurs pour passer un petit « coup de gueule« . Cette année en particulier, on assiste à l’émergence d’un communautarisme très regrettable. Certains festivaliers qui viennent depuis quelques années ont décidé de s’accaparer le Hellfest et décrient les personnes qui viennent découvrir le festival, et notamment celles et ceux qui n’ont pas une grande culture metal. Ces derniers seraient à l’origine des maux décrits ci-dessus et/ou empêcheraient les « vrais » metalleux d’acquérir le précieux sésame. Ils se font appeler « les touristes« . Il faut rappeler que depuis longtemps, le Hellfest prône l’ouverture, que ce soit à la diversité de sa programmation mais aussi à celle de ses festivaliers. Le Hellfest connaît un succès retentissant, et il est tout à fait logique qu’il attise la curiosité de nombreuses personnes, quelle que soit leur connaissance du milieu. Personnellement lorsque je participe à un festival sur lequel je ne connais pas spécialement les groupes qui jouent, j’espère ne pas me faire refouler par les autres festivaliers ou me faire traiter de « touriste« . Et bien au Hellfest c’est pareil. C’est un festival à succès avec un nombre de places limitées (et une jauge maximale très clairement atteinte), et il faudra bien s’y faire un jour ! N’en déplaisent à ceux qui pensent avoir une plus grande légitimité que d’autres pour profiter du Hellfest. Alors, cher lecteur(trice), si c’était ton premier Hellfest et/ou que découvres le metal, sache que tu es le (la) bienvenu(e) et que tu as autant ta place que tout autre festivalier qui a payé comme toi son billet. Les personnes qui te qualifient de « touristes » ont eux aussi été des « profanes » (rien de péjoratif), ils l’ont tout simplement oublié (et ont aussi oublié que nous sommes 60 000 sur un même lieu, et que comme dans tous les festivals avec une telle population, il y a plus de problèmes, c’est mathématique).  Il n’y a sans doute pas plus belle occasion que le Hellfest pour découvrir cet univers fantastique. Nous sommes certains que le Hellfest sera ravi de t’accueillir l’année prochaine!  Et nous aussi, n’hésite pas à te signaler en commentaires, nous serons ravis de partager une bière et te faire découvrir de nombreux groupes !

Et vous ? Quels sont vos tops et vos flops ? 

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.