[ Chronique ] SYLVAINE – « Atoms Aligned, Coming Undone » ( Season Of Mist )

Avec Novembre vient l’hiver et toute la splendeur blanche et glacée qui va avec… L’heure pour nous de se réfugier au coin du feu, dans un doux cocon intérieur. Et quoi de mieux pour accompagner cette échappatoire saisonnale que « Atoms Aligned, Coming Undone », le nouvel album de SYLVAINE ?

La multi-instrumentiste norvégienne est en effet de retour avec son projet aux multiples dénominations. Perdu dans une mélasse de doom, de shoegaze, de blackgaze, de post-rock ou de post-black, ce nouvel opus traite à peu près toute la gamme d’émotions que l’existence humaine et terrestre peut offrir. À ce titre, il est une narration des conflits intérieurs de l’artiste, de son inadaptation, de sa catharsis, du sentiment d’être piégé et prisonnier d’une enveloppe charnelle…

Sur le papier, on ne peut s’empêcher de penser à MYRKUR ( une jeune scandinave faisant une forme de metal etc. ) mais en beaucoup plus post et en beaucoup moins pagan-folky , ou encore à ALCEST ( à juste titre puisque Neige participe à l’album ) et bien sûr à pas mal de groupes versant dans le shoegaze. Cependant, plusieurs écoutes de l’album rendent cette comparaison totalement injuste face au travail et à l’élégance de SYLVAINE. Ici, l’artiste développe vraiment sa propre vision, elle fait de sa voix, de son écriture atypique une force. Elle plonge l’auditeur dans quelque chose d’esthétiquement sombre, d’atmosphérique, d’expansif et pourtant de relativement minimaliste.

Côté production, on part du son de « Wistful » ( 2016 ) et on l’enrichit, on l’amplifie, on le mature, on essaye de lui offrir plus de contraste. On garde donc ce son archétypal de SYLVAINE mais on voit bien que l’artiste a accordé une attention toute particulière à faire sonner chaque instrument, chaque voix comme un tout et surtout elle a essayé d’apporter une dynamique commune à tous ces éléments pour mieux capturer l’essence de ses ondes sonores.

Pour aller plus loin, intéressons nous aux titres d’un peu plus près… « Mørklagt » est une longue plage, une progression émotionnellement lourde mais toujours dynamique. C’est une piste qui représente parfaitement bien l’album et toutes ses variations. Sylvaine y montre toutes ses forces, créant texture et atmosphère, faisant se rencontrer méticuleusement voix et musique. Son chant clair n’a d’ailleurs jamais été aussi bon et aussi adéquat, se déployant comme un léger voile sur une toile, une aurore boréale sur les étoiles… Puis arrive le contraste total, la rage transcendantale, le cri. Ce souffle de souffrance pure qui accompagne une mélodie épique fait soudainement basculer le titre du calme amniotique et séraphique au blizzard noirci.

Inversement, sur des titres plus fluides comme « Abeyance » ou « Worlds Collide », l’artiste explore des territoires plus profonds, plus post-rock. Avec une belle et intelligente écriture ainsi que des chorus percutants, les titres sonnent comme une déclaration noyée de nostalgie, baignée de réverbération et d’écho de soi. Un style qui sied plutôt bien à SYLVAINE, qui nuance encore plus son album et lui ouvre les portes du fragile équilibre entre sérénité et chaos.

« Atoms Aligned, Coming Undone » est donc un très bel album, flirtant entre le blanc éclatant et le noir lugubre. Il affirme définitivement le talent musical de Sylvaine. Que ce soit en termes de composition comme en termes de production, il est une avancée majeure dans le monde obscur de l’artiste ; SYLVAINE y pousse encore plus loin le thème de la dualité entre ses mondes, entre le beau et l’extrême, entre le monde extérieur et les confins d’un for-intérieur. À sa manière, « Atoms Alinged, Coming Undone » agît et agira sur vous comme un ascenseur cosmo-tellurique.

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.