[ Report ] BATUSHKA + BLACK MARCH @ Antipode MJC, Rennes, 28/09/18

C’est ce vendredi 28 septembre dans la splendide cité rennaise que passait les Polonais de BATUSHKA dans le cadre de leur tournée automnale européenne. Pour cette date, la horde slave était accompagnée de BLACK MARCH, un groupe de black metal toulousain mené par une chanteuse à la voix de fer. Enfin, de ce qu’on a pu en entendre car une fois n’est pas coutume nous n’avons pas pu arriver à l’heure et n’avons donc vu que les deux derniers titres de nos amis sudistes. Toujours est il que le groupe a semble-t-il fait des émules car, à notre arrivée, le public était déjà bien entassé devant la scène de l’Antipode. Preuve qu’il s’est déplacé en nombre pour accueillir comme il se doit la messe polonaise…

Alors que l’on s’enfonce un peu plus dans la pénombre et que nos verres se vident à la vitesse de la lumière, les techniciens de BATUSHKA mettent gentiment en place le décorum servant à la cérémonie. Quelques minutes plus tard, quelques bougies et autres lanternes plus loin, voilà que notre trio d’enfants de choeur s’avance lentement sur scène. L’entrée se veut majestueuse, cérémonielle. L’icône de la Vierge Marie est déposée sur son pupitre, face au public, les hostilités peuvent démarrer. Tout est assombri et rougeoyant, l’ambiance dans le public se veut sereine mais fascinée, mystique.

L’encens et la fumée envahissent la salle alors que résonnent les premières notes de « Litourgiya », le premier et unique album du groupe. Le spectacle sensoriel est total, le son est plutôt bon. Les nappes, douces et suaves, du choeur se mêlent au black metal plus cru qui se joue en toile de fond, et cela amène une dimension, une profondeur vraiment intéressante au live ( chose que l’on ne ressent pas trop sur l’album ). La prestation est carrée, les musiciens sont statiques dans leurs costumes ecclésiastiques. Le groupe ne communique pas avec le public, hormis les quelques gestes sacerdotaux du chanteur principal. Notre prêtre mène d’ailleurs sa barque comme Charon sur le Styx, alternant entre vocaux noirs criards et chant purement liturgique.

Côté setlist, aucune surprise, BATUSHKA va juste jouer son unique opus en intégralité. Le public connait déjà les morceaux et les accueille plutôt bien mais il reste extrêmement calme et comme happé par l’atmosphère qui se dégage de la musique des Polonais. Une petite cinquantaine de minutes plus tard et la procession quitte, aussi lentement qu’elle est arrivée, la scène de l’Antipode.

En tout cas avec un set aussi court, on n’a pas eu le temps de s’ennuyer, BATUSHKA aura réussi à nous captiver grâce à sa mise en scène soignée et un son impeccable. On aimerait maintenant et surtout que le groupe confirme en sortant au plus vite un nouvel opus car, il faut se l’avouer, cinquante minutes de concert, c’est bien trop court… Mais ne soyons pas bégueules car prestation était de qualité et le public a plus qu’apprécié ce vent sombre et mystérieux venu des confins de l’Europe orientale. Encore une superbe soirée sous la lune bretonne…

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.