Entretien avec Dez Fafara ( DEVILDRIVER / ex-COAL CHAMBER ) : « Tout le monde peut faire une cover mais si tu la fais vraiment à ta manière, quelque part tu lui rend justice. Sinon, autant ne pas le faire… »

Lors du dernier Motocultor, nous avons la chance de pouvoir discuter avec le légendaire Dez Fafara, quelques minutes avant le show explosif de DEVILDRIVER. Un moment qu’il nous a accordé afin de nous éclairer sur « Outlaws ‘Til The End », le dernier opus du groupe qui reprend les standards de l’Outlaw Country mais version DEVILDRIVER… Enjoy !

Votre nouvel album est sorti depuis quelques semaines, quelles sont les premières réactions ?

 Incroyable !! Pour un album de cover, il est arrivé N°1 aux USA, ce qui ne nous était jamais arrivé. On en est vraiment très content, les invités qu’on a réussi à mettre dessus etc., tout est comme on le voulait, on est vraiment très heureux.

 Vous avez pris quelques risques sur ce projet plutôt inattendu, avais-tu peur de ce que les gens aller en penser ?

 Non, putain non ! Évidemment, je dois plus m’expliquer sur le projet ici en Europe qu’aux US. Je veux dire : chez nous, si tu vas dans un concert de metal ou à un barbecue entre potes, tu vas entendre du Johnny Cash autant que du Panthera ou du Willie Nelson. Il y a pleins de mecs avec des vestes SLAYER et des t-shirts Johnny Cash… Parce que tous ces mecs sont « outlaws ».

Bon, question un peu basique : Je sais que la Country est très populaire et importante aux États-Unis mais pas vraiment en Europe… Tu peux nous expliquer quelle est la différence entre la musique country et l’outlaw country ( dont sont issu les titres de l’album ) ?

 C’est simplement l’approche ! L’outlaw n’est pas faite pour tourner en boucle à la radio, n’est pas un truc de vendu. On ne fait pas de l’outlaw pour faire du fric, c’est nos vies. C’est un peu la même chose que dans le métal, tu as des groupes qui font de la merde pour que ça passe à la radio et tu as les autres ce qui le font avec le cœur. L’outlaw ça vient de la rue, la manière dont ils racontent les choses, les paroles, c’est pour moi une des meilleures musique au monde. Personne ne raconte une histoire comme le font Johnny Cash, Waylon Jenning, Willie Nelson ou Hank Williams, personne. Donc quand tu le mélanges à du métal, boom, tu obtiens un truc super épique. C’est pour ça qu’on a voulu faire ça !

J’ai écouté l’album, puis j’ai écouté les vraies titres… Le résultat est plutôt bluffant, vous avez vraiment réussi à vous les approprier, vous avez réussi à mettre le groove DEVILDRIVER dedans. Comment avez-vous fait ? Quel est le secret de la bonne cover ?

 Ouais c’était le pari, le truc le plus important ! Parce que tout le monde peut faire une cover mais si tu la fais vraiment à ta manière, quelque part tu lui rend justice, sinon autant ne pas le faire. Par exemple, « Whiskey River » de Willie Nelson ( se met à chanter en version country ), et bien nous on a voulu en faire un truc black metal, tu vois ce que je veux dire ? Un truc bien DEVILDRIVER !

Il y a beaucoup d’invités sur cet album, comment avez-vous décidé qui chanterait sur chaque titre ?

Bah en fait, je voulais des gens d’horizons différents. Des gens du métal, des gens de la country, mais aussi des gothiques et des punks. Donc j’ai d’abord commencé par appeler mes potes. Et à la fin on se retrouve avec Hank IIIRandy Blythe & Mark Morton de LAMB OF GODWednesday 13, Lee Ving de FEAR, Brock Lindow de 36 CRAZYFISTS et surtout John Carter Cash et Ana Cristina Cash.

On a même enregistré à la Cash Cabin ce qui était totalement incroyable. C’est aussi le fait d’avoir réussi à réunir tous ses invités qui fait de ce projet quelque chose de spécial et de différent. Tu sais, je n’ai jamais marché dans les mêmes pas qu’un autre. Quand je regarde où je marche et que je vois des traces de pas, je m’en vais vers un autre chemin. Je n’ai jamais marché sur les traces de quiconque et ce depuis le début de ma carrière. C’est aussi de ça que ce projet parle : faire quelque chose de différent, d’inattendu.

Du coup, vous allez jouer tous ces titres en live ? Peut-être même aujourd’hui ?

 Oui, nous allons les jouer mais pas aujourd’hui, pas tout de suite en fait. On veut faire les choses bien et donc faire un set spécial avec ces titres là mais on ne sait pas encore quand exactement, on verra…

Pour toi, quelle est la meilleure reprise que vous ayez faite sur l’album ?

Je sais vraiment pas ! C’est trop dur de choisir…

Laquelle te touche le plus alors ?

Je dirais « Whiskey River » avec Randy… Cette chanson est totalement dingue ! On l’a enregistré ensemble, chez moi. On était les yeux dans les yeux, il y avait cette connexion. Tu sais, on est des amis très proches, si ce n’est les meilleurs amis, alors enregistrer ce titre ensemble était quelque chose de fort, un honneur et une preuve d’amitié supplémentaire.

Penses-tu que ce genre aux racines a soudé encore un peu plus le groupe ? 

On voulait tous le faire et le but était aussi de prendre du bon temps, de « kiffer » donc je dirais que oui.

Penses-tu que que cela servira d’inspiration pour le prochain album de DEVILDRIVER ?

On verra ! On apprend à chaque fois, on change, on découvre de nouvelles choses et de nouvelles pistes. Par exemple, on s’est rendu compte que la pedal steel guitar fonctionnait hyper bien avec le metal… On s’est aussi rendu compte que Neal, notre guitariste, avait une putain de bonne voix claire et que quand on chantait ensemble, ça rendait vraiment bien… Donc on a de nouvelles armes mais on ne sait pas trop comment on va s’en servir car on déteste les groupes de metalcore avec des refrains mélodiques mielleux, on veut un truc qui accroche tout en restant agressif et classe.

Et donc qu’en est-il de ce « vrai » nouvel album ? 

On est en train de l’enregistrer, on a 22 titres déjà. On va continuer en début d’année prochaine. Ce sera un double album avec un gros concept. Il sortira en deux fois : un en 2019 et l’autre en 2020. Tu sais, je ne comprends pas trop les groupes qui mettent 4 ou 5 ans voire plus à sortir un nouvel album… Pourquoi ? Parce que je pense qu’ils sont feignant !! Le metal c’est un peu comme une plante, si tu ne l’arroses pas, elle meurt.

Inversement, qui aimerais-tu voir reprendre du DEVILDRIVER ou du COAL CHAMBER ?

Question très difficile… Honnêtement, je ne sais pas ! Peu importe, celui ou ceux qui veulent !

Un dernier mot ?

Continuez à nous suivre ! À faire vivre la scène ! Ce soir, DEVILDRIVER va tout annihiler. Peu importe qui jouera avant ou après nous, notre plan c’est de détruire cette foutue scène… Si vous n’y êtes pas prêts, on vous prévient : on va tout détruire !

Vous pouvez toujours (re)lire notre chronique de l’album => ici.

 

 

 

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.