[ Report ] HYPNO5E en ciné-concert / show acoustique @ Le Ferrailleur – Nantes, 04/05/18

Après avoir récemment sorti son projet acoustique « Alba – Les Ombres Errantes » ( dont vous pouvez lire la chronique => ICI ) accompagnant le film du même nom, réalisé et écrit par son chanteur et guitariste Emmanuel Jessua, il était donc logique qu’HYPNO5E, toujours dans cette démarche artistique poussée qui le définit, vienne présenter ce projet sur scène, dans le cadre d’un ciné-concert !!

C’est dans cette optique, et tout en sachant que le groupe ne fera pas des centaines de concerts pour soutenir ce projet, que nous nous sommes rendus au Ferrailleur de Nantes pour assister au premier « spectacle-happening » de cette mini-tournée « Alba » ( seulement 3 dates )… Pour les bienfaits du spectacle, le show sera divisé en deux parties : une première partie axée sur le film où le groupe se mettra en retrait pour interpréter la bande originale en direct, puis une seconde partie avec un show acoustique d’HYPNO5E.

Partie I – Le Film :

Les musiciens sont placés sur les côtés de l’écran. Pour l’occasion ils sont six : basse, batterie, à deux ou trois guitares et aussi des claviers pour toutes les nappes et effets sonores. Le film se passe en Bolivie et raconte une quête, un retour aux racines, une destinée… Je ne peux, ni ne veux trop en raconter, mais c’est dans le plus pur style d’HYPNO5E, très expérimental avec une superbe photographie et de magnifiques paysages. Il s’apparente, pour moi, à des bouts de rêves, des rêveries, des souvenirs. Un narrateur se tient sur le côté de la scène et joue la voix-off. Ce voyageur-acteur ( Mickaël Pinelli, le cousin d’Emmanuel Jessua ) déclame quelques vers gribouillé sur un carnet, de-ci de-là, avec force et conviction, parfois avec timidité, comme affecté par ses propres désirs, par ses souvenirs, par ses images tantôt réelles, tantôt floues. Et des souvenirs il y en a, on sent que Emmanuel Jessua y a mis beaucoup de lui, de son histoire. C’est quelque chose de très émouvant, comme un hommage à sa jeunesse en Bolivie.

Pour renforcer encore ces sentiments, différents langages, français, espagnol, anglais se mêlent et s’emmêlent aux sensations. La musique très ambiante colle tout à fait au visuel et reprend parfois des passages de l’album « Alba – Les Ombres Errantes » ( qui n’est pas la bande originale du film, je tiens à le préciser ). Je pense notamment à cette scène d’amour, de passion latine où le groupe interprête « Ojos Azules », tout simplement magique ; ou sur les images d’archive d’un Carnaval à La Paz, juste beau. Après une bonne heure, le générique de fin vient éclairer d’un coup le public d’une lumière pourpre et le groupe explose sur le titre « Tio », titre qui sert de lien entre ce projet et l’album d’HYPNO5E « Shores Of Abstract Line » sorti en 2015… Fin de la première partie – Entracte.

Partie II – Le Show Acoustique :

Une courte pause, un léger ré-agencement de l’espace scénique et voilà que le groupe revient dans la lumière pour un show acoustique beaucoup plus « entraînant ». Moins dans l’expérience, on retrouve du rythme et de l’énergie là où le film n’était qu’onirisme… Trois guitares, batterie, chant et basse six cordes, voilà le programme ! On a cette fois-ci droit aux titres de l’album « Alba… » avec ses différents rappel à la musique métallique d’HYPNO5E et principalement de « Shores Of Abstract Line ». Une seconde partie du spectacle qui voit les musiciens se détendre, redescendre un peu de la pression, des émotions provoquées par le film. On a vraiment l’impression de partager un moment spécial et unique. Des regards, des sourires et un sentiment de cohésion animent la salle et le groupe.

Les titres s’enchaînent avec classe et douceur. La musique proposée, toute en justesse, rappelle vraiment l’album avec ces côtés explosifs, ces montées en puissance et ces accalmies, ces vagues, ce ressac incessant qui font la patte d’HYPNO5E. De même, la voix est juste, posée et bien mise en avant ; la batterie joue parfaitement son rôle en apportant ce qu’il faut d’énergie et de rythme pour raccrocher les plus métalleux du public ( et qui ne vont pas avoir grand chose à se mettre sous la dent ce soir). Après une petite heure de show, le groupe se retire sous les applaudissements et revient saluer un public qui semble tout aussi heureux que lui. De notre côté, on repart avec le sourire et des étoiles boliviennes dans les yeux, mais un peu groggy quand même, comme si on se réveillait lentement d’un lointain rêve, d’un périple intérieur empli de bonheur et de nostalgie. Deux heures hors du temps et de l’espace. On est, en tout cas, vraiment content d’avoir pu assister à ce live, à la concrétisation de ce projet débuté en 2013 et qui, on s’en est rendu compte à demandé beaucoup de temps et d’efforts pour un résultat bluffant… Merci messieurs !

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.