LIVE REPORT – HARLOTT ✦ CEPHALIC CARNAGE ✦ DARKEST HOUR ✦ HAVOK Montpellier – Samedi 21 avril 2108 – Secret Place

Cephalic Carnage – 2018

Report LIVE– 

Chaque année depuis 1996, Saint-Jean-de- Vedas, commune proche de Montpellier, accueille le temps de soirées mémorables la crème de la scène metal dans son cadre DIY plus qu’agréable. La chaleur printanière était aussi enfin au rendez-vous dans cette Mecque du metal sudiste pour cette date avec Havok en tête d’affiche. Dès l’ouverture des portes, on sent rapidement que l’ambiance entre les groupes ce soir est particulièrement fraternelle entre membres éminents de l’underground metal. On pouvait croiser du côté du bar la plupart des musiciens assis sous les pins avec une bière ou discutant tout sourire, derrière leurs bancs de merchandising.

Si les grands gaillards de Harlott étaient chargés d’ouvrir les hostilités, ces thrasheurs australiens sont loin d’être des débutants. Déjà fort d’un troisième album paru chez Metal Blade Records, il lancent la bagarre dans la salle de la Secret Place dont la chaleur ne cessera de monter. Pratiquant un thrash épuré et direct, Harlott frappe fort et balance ses blast-beat aussi généreusement qu’un père noël sur son traîneau distribuant ses cadeaux. Aucun temps mort, ni répit n’est offert pour un public pas encore échauffé mais qui se prend rapidement au jeu. Nul doute qu’Harlott aura conquis de nouveaux adeptes.

A peine 21 h passé et Cephalic Carnage investit la scène pour jouer en deuxième partie. Surprenant pour un tel groupe avec un statut aussi culte, vous me direz ? Tout simplement parce que leur bassiste Nick Schendzielos joue aussi avec la tête d’affiche, et au vu de l’intensité de ses prestations endiablées dans les deux groupes, le bonhomme a besoin de souffler entre les deux performances. Pour ceux qui comme nous avaient succombé aux charmes viciés de leur album culte ‘Anomalies’, sorti en 2005, la longue absence de huit ans de Cephalic Carnage nous avait laissé dans un état de manque insupportable. Et quand les premières notes de « Endless Cycle of Violence », extrait de Xenosapien, résonne, les américains nous envoient direct au tapis. Avec un son monstrueux, les musiciens du Colorado vont tout écraser dans leur sillage pendant une heure de set semant leur death-grind alambiqué et expérimental jouissif à l’humour pince-sans-rire. Tout un art. Dans cette avalanche de titres mythiques, nous retiendrons ‘Kill for weed’ au refrain ravageur qui sert toujours d’excuse au chanteur Lenzig Leal pour nous faire part de son amour de la fête et de la weed, ou encore ‘Lucid interval’ où les deux guitaristes se parlent à travers leurs instruments à une vitesse supersonique. Ou encore le titre parodique ‘ Black metal sabbath’ et leurs masques. Mais surtout, la surprise reste sans conteste qu’ils nous gratifieront d’un titre inédit, et Nick Schendzielos nous confiera après le show que Cephalic Carnage a déjà trois nouveaux titres enregistrés. Leur seul frein, qui les retardent dans la composition de ce nouvel opus, étant le travail d’ingénieur du son des deux guitaristes, précisa-t-il, mais nous devrions nous attendre à un nouvel album dès 2019 !


Quand les vétérans de Darkest Hour prennent la suite, on a la surprise de constater que c’est le guitariste de Cephalic Carnage qui prend la place de l’ingénieur son. Et le monsieur aime manifestement que le son soit très fort. Darkest Hour en est déjà à son septième album, mais nous les découvrons pour la première fois sur scène. Mélange de Death melodique emprunté à At the Gates allié à la rage d’un punk U.S à la Minor Threat, Darkest Hour donne ce soir le meilleur de lui-même. Leur vocaliste, à la barre depuis 1995, fait preuve de bonne volonté, appuyé par ses acolytes, mais on ne peut s’empêcher d’attendre plus d’un groupe ayant autant de passif. Aucune surprise réelle dans leurs compositions qui s’enchaînent comme des tirs de mitraillette mais sans qu’aucune ou presque dénotent du lot.

Havoc arrive ce soir sur scène avec le statut de superstar. Sans oublier les cavalcades rythmiques et épiques à la Megadeth, une de ses influences majeures, Havoc va déterrer définitivement la hache de guerre et lancer l’ensemble du public dans le pit. Hurlant et suant son ‘fast thrash’, Havoc fait mouche, par son côté catchy et immédiat. Quand les esprits se calment un peu et que chacun en profite pour retrouver son souffle, c’est sur les titres du nouvel album ‘‘Conformicide’’, plus techno-death (entre Vektor et Death dernière période), où les rythmes se font moins guerriers et plus alambiqués. Mais disons qu’à Soundprotest on est plutôt favorable au diction qui dit que ‘tout bon metalleux qui se respecte se doit d’évoluer’. Et si cela fait du bien, bon sang, de se prendre en pleine tronche ces salves de speed-thrash-metal, on a rien contre quelques nouveautés. Nul doute d’ailleurs que la présence de ce diable de Nick Schendzielos, avec sa basse customisée ( qui a su rajouter des rondeurs et du slap (!) dans la recette immuable d’Havoc), nous a permis de nous lancer avec encore plus d’entrain dans ce pit de fous furieux.

Tous nos remerciements à l’équipe de la Secret Place et à Geoffrey.

http://tafproduction.blogspot.fr/

Prochains concerts :
Jeudi 03 Mai – 20h – Secret Place – Obsidian Asso Présente : 
VULVODYNIA (Brutal Death Metal – Afrique du Sud)
WORMHOLE (Brutal Slam – Baltimore)
PLACENTA POWERFIST (Brutal Death Metal – Germany)
BENEATH AN OBSIDIAN SKY
Vendredi 11 et Samedi 12 mai 2018 – Secret Place – MOSHFEST #4

Vendredi 11 mai
LENG TCH’E (Death Metal – Belgique)
PUTRID OFFAL (Gory Death Grind – France)

WHORESNATION Grind – Besançon

HAUT COURT (Grind – Strasbourg)
VENERE (Hardcore Montpellier)
SICKSIDE (Fast Violent Hardcore – Espagne)
GROSSEL (Grind Guérande)

Samedi 12 mai 
NAPALM DEATH (Grindcore – UK)
LENG TCH’E (Death Metal – Belgique)
LMDA (PowerViolence – Strasbourg)
PESSIMISTS (Power Violence – Nancy)
TERROR SHARK (Trash/ HxC / Grind – M

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.