Interview avec Sébastien de l’association Volume Brutal.

Organiser des concerts n’est pas toujours facile. Depuis plus de 3 ans, Sébastien aidé par deux amis proches, se démène du mieux qu’il peux pour faire bouger les choses sur Avignon. J’ai voulu en savoir un peu plus sur leurs futurs projets. 

Salut Sébastien, pourrais- tu tout d’abord, nous présenter rapidement les membres de ton association?

VOLUME BRUTAL est composé de Stéphane, Matthieu et moi-même. Je suis le seul à résider en Vaucluse, mes compères habitent de l’autre côté de la Durance.

Depuis quand existe-t-elle et comment vous est venue l’envie d’une telle aventure entre amis ?

L’asso a été créée en 2015. J’étais sur Avignon depuis deux ans et je voyais bien qu’il ne s’y passait strictement rien métalliquement parlant. J’ai donc décidé de prendre le problème à bras le corps. Ensuite, il m’a fallu recruter, j’ai donc pensé sans hésiter à Matthieu, un ami de plus de 20 ans et à Stéphane, fin connaisseur de toutes choses liées au Rock Dur.

Peux-tu nous expliquer comment vous vous organisez pour le choix des dates et des groupes que vous voulez faire venir ?

Nous ne faisons jouer que des groupes que nous aimons, nous ne sommes là ni pour dépanner, ni pour arranger, ni pour pistonner. Notre but n’est pas de faire jouer des groupes, mais de faire jouer des groupes qui nous scient ! Nous traitons en direct avec les groupes, quasiment jamais avec des tourneurs ou des bookers. Organiser des concerts est très demandeur d’énergie, nous la dépensons uniquement pour de groupes qui le méritent.

Avez-vous des subventions de votre commune ou autre? Sinon, comment parvenez-vous à survivre dans ce milieu là ?

Nous fonctionnons sans aucune subvention depuis le début et c’est bien mieux ainsi !

Par le passé, j’ai moi-même organisé des concerts Metal underground et j’ai malheureusement observé petit à petit une baisse au niveau des entrées dans les salles moyennes. Par contre je constate que de plus en plus de festivals se créent. Est-ce que tu penses comme moi que c’est une bonne chose d’avoir tant de festoch mais qu’en même temps cela tue à petit feu les petites associations ?

Oui, le festival s’est répandu à un tel point que je me demande parfois si un jour les concerts ‘normaux’ continueront à exister haha. C’est une bonne chose qu’il existe tant de festivals, mais effectivement, ça a aussi tendance à mal habituer les gens, qui dédaignent les ‘petites’ affiches. Mais dans leur immense majorité, les gens qui assistent à ces fests font aussi des petits shows tout au long de l’année.
D’ailleurs nous allons collaborer au SOUTH TROOPERS Fest en septembre, dans la région de Marseille. C’est aux gens de comprendre qu’il faut soutenir la scène locale en allant aux concerts qui s’organisent près de chez eux et pas uniquement au Hellfest une fois l’an, comme un beauf qui retournerait chaque année dans le même camping par fainéantise.

En parlant d’entrées, ce samedi 10 février vous organisez votre première date de l’année avec Venin, Electric Shock et Citadelle. Combien en faudrait il pour rentrer dans vos frais ?

Nos breaks sont systématiquement hors de portée, pour ce show il est de 90 entrées payantes mais il faut savoir que nous perdons à tous nos concerts, parfois un peu, parfois beaucoup. En 2018 la question n’est pas de savoir combien tu vas gagner, mais si tu vas pas trop perdre…C’est triste mais c’est comme ça, nous ne découvrons pas la réalité en 2018, nous le savions depuis bien longtemps. Mais qu’importe, VOLUME BRUTAL est là pour durer et assénera des uppercuts de son poing de fer autant qu’il le faudra !

Avez-vous déjà fixé d’autres dates ?

Nous avons une date avec HANGMAN’S CHAIR le 17/03 à l’Akwaba, ensuite nous faisons jouer les norvégiens de DISKORD et les allemands de CRYPTIC BROOD à l’Iron Bar le 22/03 (concert gratuit). En Avril, nous faisons jouer ZEMIAL (Grèce), SILVER MACHINE et MOONRITE à Avignon. Nous avons aussi une affiche à confirmer en juin. Comme tu peux le voir nous ne chômons pas.

 

Avec ton association as-tu eu l’idée un jour d’organiser un festival avec des groupes de renom ?

Nous sommes trop petits pour viser aussi haut. Et nous aimons trop les shows underground. D’ici quelques années nous changerons peut-être d’avis…Pour le moment notre but est de remplir de petits endroits de hardos secouant leur tête et levant le poing !

Pour finir cette interview, je pose toujours la même question. S’il ne devait rester qu’un seul groupe sur terre après une guerre thermonucléaire, lequel choisirais-tu ? Et pourquoi ce choix ?

Ce serait DEAD CAN DANCE, qui n’est absolument pas un groupe de Metal. Parce que c’est le seul groupe à pouvoir faire traverser plusieurs mondes à l’auditeur avant de le ramener sur Terre.

Infos: info@volumebrutal.com

 

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.