Interview : Hyperdump « à ce jour c’est l’album le plus abouti mais je pense qu’on peut faire encore mieux »

Hyperdump est un sextet français qui n’a surement pas échappé à nombre d’entre vous. La richesse de leurs influences allié à leur talent de composition offre une musique intense, efficace et particulièrement riche. Croisés au détour du Hellfest, nous avons voulu faire un point avec le groupe, et en particulier sur leur nouvel  « The Weak Man » sorti chez Send The Wood Music.

 Quels sont les premiers retours de votre nouvel album ?

Excellents. Mais vraiment. Quand on sort un album on s’attend toujours à avoir de bons retours, mais là on a vraiment des putains de retours! Très bonnes chroniques également, et de supers retours des concerts!

Vous avez enchaîné les dates depuis la sortie?

Énormément! 2 dates (rires)! Et on a eu de bons retours pour ces 2 concerts (rires)!

Il y a du changement dans le line-up, vous êtes resté sans batteur pendant à peu près 2 ans. Qu’est-ce qui explique cette difficulté à retrouver un batteur?

Et bien on a une musique assez exigeante même si ça ne s’entend pas forcément, il faut quand même un certain niveau. Et on se rend compte que souvent, tous les bons batteurs sont déjà pris… Mais même si on a mis 2 ans, on a quand même de la chance car Gael est rentré dans le groupe complètement par hasard. En fait il s’entraînait seul dans les mêmes studios que nous et c’est le gérant qui nous l’a présenté, et ça a collé direct. Il n’a que 20 ans!

Qu’est-ce qu’il a apporté à la composition?

Comme il est plus jeune il a d’autres influences. Lui c’est très Slipknot… Nous on adore aussi mais ça fait pas partie de nos influences. Il a insufflé un côté « jumpisant« , du groove, parce qu’on était beaucoup plus mécanique avant et lui il a fait respirer les morceaux.

C’est un album que vous travaillez depuis longtemps?

Pas tant que ça. On a composé un 1er titre en 2014 et c’est à partir de ce moment là que l’album est né. Après, comme on avait pas de batteur on composait mais bon un peu en dilettante. Et quand Gael est arrivé, on peut vraiment dire que 90% de l’album est sorti d’un coup: composition + enregistrement en un an et demi.

Vous considérez que c’est votre album le plus abouti?

Il y a une progression par rapport à l’album précédent. A ce jour c’est le plus abouti mais je pense qu’on peut faire encore mieux.

Votre groupe se caractérise par une multitude d’influences. Est-ce que vous continuez dans cet état d’esprit de toujours repousser les frontières?

Ca se fait naturellement en fait. On écoute tous des choses assez différentes. Et à partir du moment où la composition sert l’album et l’histoire qu’on a voulu raconter, on se pose pas la question de savoir si ça va être bizarre. Si c’est cohérent ça suffit.

Il n’y a pas de ligne directrice particulière dans la composition?

Non pas du tout, si ce n’est l’intensité. Et personnellement j’aime bien que la musique te transporte vraiment, qu’il y ait un univers derrière. Après on ne fait pas exprès d’avoir une musique avec une multitude d’influences.

Vous avez travaillé avec Arno Strobl pour le titre « Awaken ». Comment vous êtes vous retrouvé à travailler ensemble?

C’est quelqu’un qu’on suit depuis longtemps. On est fan de Carnival in Coal (le groupe qui a fait connaître Arno Strobl, ndlr). Pour la petite histoire, Axel l’autre binôme de Carnival (l’instrumentiste), c’est lui qui nous a enregistré notre toute première démo quand on avait 17 ans avec notre groupe Wenlock. On a 36 ans maintenant, donc ça fait bientôt 20 ans qu’on les suit. Là j’ai envoyé la maquette à Arno évidemment pour voir si ça lui plaisait, avec tout le chant déjà fait. On voulait des invités sur l’album, on a composé avec cette idée, et notamment pour le chant moi j’avais toujours en tête la voix de l’invité. Je pensais à Arno Strobl, je sais la manière dont il chante, ce qu’il fait. Arno est venu enregistrer dans notre studio et pour le coup il a vraiment apporté sa touche personnelle. Il a quand même modifié des trucs, il a eu son influence.

A propos du concept, je sais qu’on vous pose souvent la question, mais pour nos lecteurs qui vous découvrent, est-ce que vous pouvez le rappeler brièvement ?

Alors oui c’est un concept album. C’est un peu influencé par des romans comme Lovecraft, ce genre de chose. Visuellement ça s’apparente aux années 30/40. Ca se passe sur une île qui est une sorte de purgatoire où sont envoyées toutes les âmes damnées. L’île est gardée par 7 gardiens, et le personnage principal se réveille sur cette île. Il apprend que son frère est mort en essayant de monter une rébellion. Et il va prendre la relève, à son tour il va essayer de se rebeller, de tuer les gardiens et de s’échapper.

Est-ce qu’il est prévu de mettre en image ce concept?

A la base c’est une BD que je fais et là c’est le prequel de la BD tout simplement. Dans le mois qui vient, sur le blog du groupe on va expliquer tout l’univers. J’ai fait plein de dessins déjà. Je ne sais pas si tu vois le principe de l’open source en matière de logiciel, mais j’ai envie de faire la même chose avec cet univers que j’ai créé. L’idée c’est que je vais lancer un canevas, et si un autre groupe veut faire un concept album sur l’univers ça sera possible. Je vais poser les jalons, et chacun pourra piocher dedans et même le faire évoluer. J’adorerai que ça aboutisse. Si tout va bien on a un clip qui va sortir en septembre tiré du titre « The Weak Man ». Ca sera un clip où on nous voit jouer,  il y a aussi une histoire où tout est fait en images de synthèse, et en décembre on va commencer à bosser un court-métrage. On avait déjà eu ce projet mais il était tombé à l’eau faute de financement, donc là on remet ça sur les rails. Je fais ça avec celui qui nous fait tous nos artworks.

Vous avez récemment intégré le label « Send the Wood ». Comment s’est passé la rencontre?

En fait en janvier on a commencé avec Roger de Replica Promo. Avant on était chez Klonosphère, et au mois de décembre ils ont décidé de plus bosser avec nous… On ne sait pas pourquoi mais bon voilà… Donc on pensait le sortir nous même, et quand on a commencé à faire la promo, Send The Wood a contacté Roger pour lui dire qu’ils nous voulaient. Et voilà ça s’est passé comme ça !

Vous allez fêter votre 10e année d’existence, un événement est prévu en particulier?

En fait on l’a appris lors d’une journée promo à Paris c’est aussi un journaliste qui nous a posé la question! On ne s’en ait même pas rendu compte le temps passe vite (rires). On y a pas réfléchi mais oui ça pourrait être cool.

Et pour finir cette interview, en termes de tournées qu’est-ce qui est prévu?

On aimerait bien faire une tournée oui. C’est en préparation, ça ne sera pas avant octobre, parce qu’on aimerait qu’il y ait un décors sur scène (décors adaptable sur n’importe scène), c’est donc un peu compliqué notamment en terme de logistique. Mais sinon on a une date de bookée, le 17 novembre on fera la première partie de Agnostic Front, à Creil (la Grange à la Musique). Venez nombreux !

Commenter cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.